Volkswagen est en route pour devenir un groupe informatique

Le groupe crée une nouvelle division qui, dans un premier temps, sera chargée de développer un système d’exploitation unique vw.os.

Les voitures sont de plus en plus technologiques. Elles embarquent divers systèmes modernes comme l’assistant vocal, ainsi que toutes les assistances à la conduite ; mais pas seulement, car elles sont aussi connectées à internet et proposent pléthore de services connectés pour le divertissement et l’information. La part de l’informatique à bord des véhicules suit une courbe exponentielle. Tesla est de loin précurseur en la matière, mais les constructeurs historiques ont compris qu’il ne fallait pas se faire distancer par l’Américain.

Une nouvelle division dénommée ‘Car.Software’

Dernièrement, c’est le patron du Groupe Volkswagen, Herbet Diess, qui a tapé du poing sur la table. Il a déclaré qu’il était urgent pour le groupe de restructurer ses activités pour devenir un groupe technologique au risque de subir la même tragédie que Nokia. En ce mois de janvier 2020, le groupe annonce la création d’une nouvelle division, dénommée ‘Car.Software’. Dans un entretien accordé aux Echos, le directeur financier de cette division explique qu’à terme, Volkswagen doit pouvoir créer 60 % de l’informatique automobile contre seulement 10 % aujourd’hui.

Pour y arriver, le Groupe Volkswagen va investir 7 milliards d’euros sur cinq ans. D’ici 2023, Car.Software doit livrer sa première plateforme logicielle qui sera par la suite utilisée par l’ensemble des marques du groupe. Volkswagen se fait aider par Microsoft et d’autres partenaires spécialisés dans le cloud et le développement de logiciels informatiques. Aujourd’hui, 200 fournisseurs développent les logiciels du constructeur Volkswagen. Avec la création de Car.Software, bientôt, le groupe sera en mesure de créer une grande partie de ses programmes informatiques que toutes les marques du groupe pourront utiliser. C’est une économie d’échelle non négligeable.

Les voitures seront en mesure de collecter une masse de données. Dans un premier temps, Volkswagen ne les vendra pas aux géants du Big Data. Cependant, nous ne sommes pas à l’abri de voir le groupe utiliser ces données à des fins très précises. Plus tard, nos voitures deviendront des ordinateurs (si ce n’est pas déjà un peu le cas) à part entière avec tous les protocoles à mettre en place pour le respect de la vie privée du conducteur et de ses passagers.

Pour prendre le large vis-à-vis de ses concurrents, le groupe allemand va régionaliser ses activités. Si la moitié de l’activité se fera en Allemagne, une partie sera réservée à la Chine et aux États-Unis. Enfin, Israël sera responsable de la cybersécurité des véhicules.

Source : motor1.com

Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez